Imprimer cette page  Envoyer cette page par e-mail

Assistance à la personne âgée

Nos missions :

Aide aux gestes essentiels de la vie quotidienne

  • aide à la toilette
  • aide à la prise des repas
  • aide aux déplacements
  • aide au lever
  • aide à l’habillage

Aide aux tâches domestiques

  • Ménage
  • Repassage
  • Préparation des repas
  • Entretien du linge
  • Nettoyage des vitres
  • Courses

Aide aux démarches administratives

Nous pouvons vous aider :

  • A effectuer les démarches auprès des organismes concernés pour obtenir les aides auxquelles vous avez droit.
  • Dans toutes autres démarches administratives simples (rédaction de courrier…)

Accompagnement à la vie sociale

  • accompagnements extérieurs
  • Veille, surveillance, soutien moral

Les aides financières

Bénéficiaire d’une aide à domicile, vous êtes peut être éligible à une aide financière.
Nous pouvons alors vous aider à en faire la demande auprès des organismes concernés :

  • Conseil Départemental ( APA, Aide sociale)
  • CARSAT, MSA, RSI…
  • Caisse de retraite complémentaire
  • Assurance
  • Complémentaire santé

Les sommes versées au titre de l’aide à domicile peuvent donner droit à une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 50%. Dans certains cas, cet avantage fiscal prend la forme d’un crédit d’impôt.

Contact utile :

  • Drôme Solidarités : N° Azur : 0 810 01 26 26
  • Drôme Solidarités : Mel : dromesolidarites@ladrome.fr
  • Dispositif national d’écoute « maltraitance personnes âgées et personnes handicapées » : 3977

 

logo-dromelogo-carsat

logo-msalogo-rsi

 

 

 

logo-services-personneslogo-chequelogo-50-pour-100

 

 

 

DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ÂGÉE

Extrait de la charte établie par la Fondation Nationale de Gérontologie et le Ministère du Travail et des Affaires Sociales, en 1996

« Reconnaître la dignité de la personne âgée devenue dépendante et préserver ses droits »

«  Choisir sa vie »

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. La famille et les intervenants doivent respecter le plus possible son désir profond.

« L’environnement, un choix »

Le lieu de vie de la personne âgée dépendante, domicile personnel ou établissement, doit être choisi par elle et adapté à ses besoins.
Son confort moral et physique, sa qualité de vie, doivent être l’objectif constant, quelque soit la structure d’accueil.

« Le droit de vivre, malgré tout »

Toute personne âgée dépendante doit conserver la liberté de communiquer, de se déplacer et de participer à la vie de la société.
La vie quotidienne doit prendre en compte le rythme et les difficultés de la personne âgée dépendante, que ce soit à domicile ou en institution.
Toute personne âgée doit être informée de façon claire et précise sur ses droits sociaux et sur l’évolution de la législation qui la concerne.

« Famille, amis : un besoin, une nécessité »

Le maintien des relations familiales et des réseaux amicaux est indispensable aux personnes âgées dépendantes.
Le rôle des familles doit être reconnu. Ces familles peuvent (doivent) être soutenues dans leur tâche, notamment sur le plan psychologique.
En cas d’absences ou de défaillance des proches, c’est au personnel et aux bénévoles de le suppléer (dans la mesure du possible compte tenu de leur droit à une vie privée).

«  Gérer son patrimoine et ses revenus »

Toute personne âgée dépendante doit pouvoir garder la maîtrise de son patrimoine, ses devises revenus disponibles. Elle doit pouvoir en disposer conformément à ses désirs, sous réserve d’une protection légale, en cas de dépendance psychique.

« Se valoriser par l’activité »

Toute personne âgée dépendante doit être encouragée à conserver des activités. Développer des centres d’intérêts évite la sensation de dévalorisation et d’inutilité. La participation volontaire à des réalisations diversifiées doit être favorisée.

« Liberté de croyance »

Toute personne âgée dépendante doit pouvoir participer aux activités religieuses ou philosophiques de son choix.

« Préserver l’autonomie et prévenir »

Prévenir la dépendance est une nécessité pour l’individu qui vieillit.
Les moyens de prévention doivent faire l’objet d’une formation claire et objective.
La prévention de la dépendance.

«  Le droit aux soins »

Toute personne âgée dépendante doit avoir, comme tout autre, accès aux soins qui lui sont utiles. Aucune personne âgée ne doit être considérée comme un objet passif de soins, que ce soit au domicile, en institution ou à l’hôpital.
Les soins s’appliquent à améliorer la qualité de vie en soulageant la douleur, à maintenir la lucidité et le confort du malade, en réaménageant espoirs et projets.

« Des intervenants qualifiés »

Les soins que requiert une personne âgée dépendante doivent être dispensés par les intervenants formés, en nombre suffisant.
Une formation spécifique en gérontologie doit être dispensée à tous ceux qui ont une activité professionnelle qui concerne les personnes âgées.
Ces intervenants doivent bénéficier d’une analyse des attitudes, des pratiques et d’un soutien psychologique.

« Finir sa vie dans le respect »

La personne âgée doit pouvoir terminer sa vie naturellement et confortablement entourée de ses proches, dans le respect de ses convictions et en tenant compte de ses avis.
Que la mort ait lieu au domicile, à l’hôpital ou en institution, le personnel doit être formé aux aspects techniques et relationnels de l’accompagnement des personnes âgées et de leur famille avant et après le décès.

« Être informé pour ne pas être exclu »

L’ensemble de la population doit être informé des difficultés qu’éprouvent les personnes âgées dépendantes.
L’ignorance aboutit trop souvent à une exclusion qui ne prend pas en compte les capacités restantes ni les désirs de la personne.
L’exclusion peut résulter aussi bien d’une surprotection infantilisante que d’un rejet ou d’un refus de la réponse aux besoins.

Lorsqu’il sera admis par tous que les personnes âgées dépendantes ont droit au respect absolu de leurs libertés d’adulte et de leur dignité d’être humain, cette charte sera appliquée dans son esprit.